Laurence Genot

!Informations de profil et contact disponibles que si complétés par la personne en question

1re à la Région NAMUR
Listes Destexhe

L'audace, le courage, la persévérance et la combativité façonnent les meilleures clés pour se réaliser.

Elections : Régionales

Region : Namur (Namur)

parti politique : Listes Destexhe

Position sur la liste : 1

Evaluation de Laurence Genot par nos visiteurs

3.8/5 (15 votes)

Score par critère (du meilleur au pire) :

1 3.8/5
2 3.8/5
3 3.8/5
4 3.8/5
5 3.7/5
6 3.7/5

informations de contact

Pour contacter Laurence Genot

laurence.genot.listesdestexhe@gmail.com

5100 NAMUR (JAMBES)

Informations complémentaires

Les personnalités politiques qui m’ inspirent:

Simone Veil et Rama Yade.

Ce sont deux femmes politiques françaises très différentes qui incarnent les valeurs qui me tiennent à cœur : l’audace, le courage, la persévérance et la combativité.

 

Pourquoi j’ai décidé de me lancer en politique:

J’ai été approchée en juin 2017 pour les communales 2018. J’ai accepté, non pas pour combler un manque de candidatures féminines mais pour m’impliquer vraiment. Je souhaite mettre mon expérience entrepreneuriale au service de la collectivité. Lorsque j’ai accepté, j’avais déjà montré mon intérêt pour me présenter aux élections de mai 2019 car j’estimais que mon statut d’indépendante depuis plus de 20 ans servirait à proposer des solutions que les PME (petites et moyennes entreprises) ou TPE (très petites entreprises ou indépendants) attendent réellement. Les politiciens en place parlent du monde de l’entreprise, des difficultés que cela comportent mais ils sont aux antipodes du pragmatisme de ce milieu. Je souhaite donc apporter ma contribution citoyenne et mettre mon expérience et ma connaissance de la réalité du terrain afin de proposer des solutions plus adaptées au secteur concerné.

 

Si je suis élue, voici la première initiative que je prendrais:

Actuellement, on constate qu’un indépendant sur cinq vit sous le seuil de la pauvreté et donc 20% des indépendants sont en grandes difficultés. Les aides et services sociaux ainsi que les soins médicaux ne sont pas adaptés pour eux alors que ce sont des personnes qui ont eu le courage de se lancer, de prendre des risques financiers, d’engager du personnel, de recevoir une pension nettement inférieure aux autres statuts, de recevoir des indemnités de remplacement dérisoires en cas d’incapacité de travail et, de surcroît, de se faire critiquer par leur famille ou leurs amis parce qu’ils n’ont pas réussi comme ils l’espéraient. Moralement, être en faillite, c’est très difficile. J’avais un bureau comptable que j’ai vendu en 2015. J’ai vu des clients qui se retrouvaient démunis et détruits parce qu’ils n’ont pas su faire face à certains imprévus. Ils n’ont malheureusement plus de couverture sociale et n’ont plus accès aux soins de santé et/ou aux indemnités de chômage.

En conséquence, si je suis élue, la première initiative que je prendrais, c’est mettre en place un système d’accompagnement pour les indépendants en difficultés. Il existe aujourd’hui la PRJ (procédure de réorganisation judiciaire) mais la justice est trop lente par rapport à la réalité. Il existe des aides pour les indépendants qui se lancent mais rien pour les indépendants qui ont de grosses difficultés. Je souhaite mettre en place une revalorisation du secteur avec un réel accompagnement administratif avec accès aux soins de santé et indemnités minimum comme un revenu provisoire limité dans le temps.

Je souhaite encourager nos PME et TPE à engager du personnel en supprimant les charges patronales entièrement sur le second emploi créé (c’est déjà le cas sur le premier emploi).

 

Que représentent les Listes Destexhe ?

Les Listes Destexhe forment un groupement citoyen, issu majoritairement de la société civile, qui souhaite apporter un renouveau politique, une réelle possibilité de redynamiser économiquement la Wallonie et Bruxelles. Nous sommes capables, ensemble, d’harmoniser notre pays avec la Flandre et redonner de la force pour pérenniser l’union de la Belgique.

 

« Etre de droite » signifie pour moi:

Être de droite, selon moi, c’est promouvoir les valeurs libérales qui prônent la volonté de réussir et provoque le besoin de s’instruire, de créer des entreprises, d’innover, ce qui au final crée de la croissance, des emplois et plus généralement de la richesse. Celle-ci peut alors être redistribuée par l’Etat, au travers de dispositifs comme la sécurité sociale, les soins de santé, les pensions, l’assurance chômage, l’enseignement, ou les infrastructures collectives ainsi que la sécurité et la justice.

La droite part de l’individu et considère qu’une société harmonieuse est le fruit, ou la somme, de la réussite ou du bien-être individuel.

 

La proposition concrète qui  me tient le plus à cœur dans cette campagne:

Les 13 chapitres repris dans notre programme sont très importants. Vous pouvez le consulter en détail: http://www.listesdestexhe.be

Je suis, évidemment, sensible à la proposition de la suppression des charges patronales sur le second emploi comme déjà précisé comme initiative que je prendrais si je suis élue.

Je choisis, dès lors, une autre proposition qui me préoccupe pour une justice dissuasive et équilibrée parce que la sécurité est la première des libertés :

Instaurer la « Tolérance zéro » : la première infraction ou le premier délit doivent être rapidement punis, y compris pour les mineurs et y compris pour les incivilités, mais pas spécialement par une peine privative de liberté. Le délinquant pourrait être tenu, par exemple, de réparer les conséquences de ses actes ou de payer immédiatement une contravention, puis être soumis à une forme de contrôle judiciaire pour une durée limitée.