Moini Payam

Candidat issu de la société civile et de l'immigration. Au service de mes concitoyens. Pour une Belgique meilleure pour TOUS!

Elections : Régionales

Region : Bruxelles-Capitale

parti politique : Listes Destexhe

Position sur la liste : 11

fonction : Ex-candidat aux Communales 2018

Liste politique : Listes DESTEXHE

Evaluation de Moini Payam par nos visiteurs

2.9/5 (8 votes)

Score par critère (du meilleur au pire) :

1 2.9/5
2 2.9/5
3 2.9/5
4 2.9/5
5 2.9/5
6 2.9/5

Informations complémentaires

Né à Téhéran, en Iran, le 27 avril 1972, j’étais le sixième et dernier enfant de la famille.

Militaires de carrière, mon père et mon grand-père m’avaient, certes, donné l’envie de me lancer dans une carrière similaire mais la révolution et la guerre survenues dans mon pays d’origine ont forcé toute la famille à s’expatrier et m’ont obligé à revoir mes projets d’avenir.

Arrivé en Belgique en 1984 comme réfugié politique, ayant habité à Bruxelles et dans le Brabant Wallon, j’ai fréquenté l’Athénée Royal de Rixensart, je me suis assez rapidement intégré à la vie socio-culturelle belge que j’ai aimée.

Plus jeune, j’ai pratiqué le football et  suis un grand fan des sports en général.

A la base, ingénieur en informatique et électronique,  j’ai  prolongé mes études et travaux de recherches (Doctorats) et obtenu un MBA au Royaume-Uni.

J’ai eu le plaisir de me lancer dans diverses aventures en créant plusieurs sociétés et commerces ou en m’associant à d’autres personnes dans leurs projets liés aux domaines des nouvelles technologies, finances et la communication qui me passionnent.

L’esprit d’entreprise est inné chez moi et je veux absolument le transmettre à nos jeunes. Je pense que la richesse d’un pays se construit d’abord dans les écoles et les moyens doivent y être investis afin de pouvoir bâtir un futur qui leur sera favorable.

Je suis père de 2 filles dont je suis très fier.

Ayant voyagé et vécu à l’étranger, pour raisons professionnelles, à maintes reprises, je suis revenu en Belgique et me suis réinstallé  à Bruxelles qui est une capitale fascinante et qui doit le rester.

L’idée de me lancer dans la politique n’est pas récente : en effet, je m‘y suis toujours intéressé mais hélas, mes occupations professionnelles ne me permettaient pas de me lancer dans ce nouveau défi.

A ce jour, avec une expérience lors de la campagne pour les élections communales d’octobre 2018, je veux à présent saisir l’opportunité de me présenter sous les couleurs de mon nouveau mouvement politique, les Listes Destexhe, comme candidat aux Régionales lors des prochaines élections du 26 mai 2019.

J’aurai l’honneur de défendre mes convictions et j’apporterai tout mon soutien à ces listes et surtout à notre chef et tête de liste féderale, Monsieur Alain Destexhe.

Je suis candidat N° 11  à la Région Bruxelloise.

Motivations personnelles:

Je voudrais en finir avec les hypocrisies du monde politique.

Certains enjeux sont primordiaux tels que l’écologie, la révolution numérique (digitalisation), le (ré)apprentissage de la vraie démocratie.

Je voudrais agir et représenter une politique de proximité et franche : le citoyen a besoin de se sentir gouverné par des gens honnêtes et sincères.

Je veux me battre pour le bien-être de tous.

Accepter la fatalité des décisions politiques, les compromis, les arrangements  intéressés entre tel(s) et tel(s), qu’ils soient de droite ou de gauche, me sont inacceptables.

Je suis convaincu que nos villes et ce pays ont  besoin de réaliser de vraies réformes.

En Belgique,  on ne fait pas les choses, on les fait à moitié et on passe son temps à faire des compromis.  C’est assez!

Il nous faut rajeunir la  politique, embellir nos villes et redorer notre démocratie.

Propositions:

Les listes Destexhe ont concocté des propositions répondant aux besoins des citoyens bruxellois et wallons.

Je reste à votre entière disposition pour tous avis ou sujets dont vous voulez me faire part.

Avis et propositions sur les grands sujets politiques

politique économique

Evaluation de la situation actuelle

4/10

Importance du sujet

10/10

Avis et Propositions

SIMPLIFIER LA GESTION PUBLIQUE* : réduire le nombre d’élus (de moitié) et d’intercommunales et fusionner les CPAS/communes et les zones de police à Bruxelles; retirer le paiement des allocations de chômage aux syndicats et les doter de la personnalité juridique;
RÉDUIRE LES IMPÔTS ET DIMINUER DE 1% PAR AN LES DÉPENSES PUBLIQUES ADMINISTRATIVES : la dynamique créée sera affectée à la réduction progressive du précompte immobilier sur l’habitation principale, à diminuer les taux de l’impôt sur le revenu et à augmenter les pensions

Environnement

Evaluation de la situation actuelle

2/10

Importance du sujet

9/10

Avis et Propositions

RETARDER LA SORTIE DU NUCLÉAIRE CAR NOUS SOMMES ÉCO-RÉALISTES : nous atteindrons les objectifs climatiques par l’innovation humaine, pas par une écologie « punitive » ; limiter puis interdire les suremballages dans la grande distribution; lutter contre tout type de pollution par l’innovation et l’éducation pas de façon taxatoire…. favoriser les productions locales et les circuits courts…

Mobilité

Evaluation de la situation actuelle

1/10

Importance du sujet

10/10

Avis et Propositions

Rénover le réseau routier wallon et bruxellois qui est dans un état lamentable. • Encourager les alternatives à la voiture et le recours à une mobilité « douce » (entre autres avec des pistes cyclables sécurisées). • Développer l’offre de services de transports en commun dans les zones rurales en maintenant et en rouvrant les gares afin de desservir les localités actuellement abandonnées par les services publiques… mais être éco-réaliste car la voiture électrique n’est ni accessible a tous, ni moins polluante au niveau global et le relief de la wallonnie ne permet pas a tous de pratiquer le vélo !

sécurité

Evaluation de la situation actuelle

4/10

Importance du sujet

10/10

Avis et Propositions

 Osons la vérité !  POUR UNE JUSTICE DISSUASIVE ET ÉQUILIBRÉE :
• Instaurer la « Tolérance zéro » : la première infraction ou le premier délit doivent être rapidement punis, y compris pour les mineurs et y compris pour les incivilités, mais pas spécialement par une peine privative de liberté. Le délinquant pourrait être tenu, par exemple, de réparer les conséquences de ses actes ou de payer immédiatement une contravention, puis être soumis à une forme de contrôle judiciaire pour une durée limitée.
• Porter la garde à vue à cinq jours (120 heures) en matière de terrorisme et de crime organisé.
• Instaurer la procédure de « comparution immédiate » (au plus tard dans les deux mois) pour les délits simples ne nécessitant pas une longue enquête ou une mise à l’instruction.
• Encourager à l’application de la procédure de « plaider coupable », adoptée en 2016.
• Prévoir la détention provisoire « automatique » jusqu’au jugement pour les délits d’atteinte aux personnes (coups et blessures), les crimes sexuels et tous les délits commis à l’égard de personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, malades et handicapés).
• Exécuter un minimum de la moitié d’une peine avant toute possibilité de libération conditionnelle (comme en France, aux Pays-Bas et en Suède, les détenus n’ont droit à une éventuelle libération conditionnelle qu’après les 2/3 de leur peine) Renvoyer les délinquants étrangers dans leur pays d’origine pour l’exécution de leur peine au tiers
de celle-ci, mesure assortie d’une interdiction du territoire de minimum dix ans après exécution de la peine.
• Revoir l’ensemble du dispositif relatif à la récidive pour le rendre plus sévère.
• Créer un fichier des délinquants sexuels et interdire au délinquant sexuel de revenir habiter la commune où les faits ont été commis après sa libération.
• Instaurer une « majorité pénale » (aujourd’hui inexistante) et la fixer à 16 ans pour tous les délits et crimes d’atteintes à la personne et les délits graves contre la propriété (la délinquance des mineurs n’a plus grand-chose à voir avec ce qu’elle était lorsque les lois de « protection de la jeunesse » ont été adoptées).
• Revoir la loi sur la protection de la jeunesse et les missions des IPPJ pour introduire la notion de « sanction » en plus de la fonction « éducative ».

CONTRE LE TERRORISME ET L’EXTRÉMISME :
• Renforcer les peines pour infraction terroriste, en prévoyant systématiquement une peine de sûreté pour les terroristes et leurs complices.
• Ne pas laisser revenir en Belgique les djihadistes détenus en Irak et en Syrie qui doivent être, sauf exception, jugés et détenus sur place.
• Déchoir de la nationalité les terroristes double-nationaux et les expulser à l’issue de leur peine.
• Prononcer la dissolution immédiate de toute organisation prêchant la haine.
• Isoler les détenus terroristes et les détenus de droit commun radicalisés du reste de la population
carcérale afin d’éviter toute « contagion ».
• Mettre sur pied, comme en France, et comme le souhaitent les directions des prisons, un « service de renseignement pénitentiaire » pouvant placer sous surveillance, y compris par des « mesures spéciales », les détenus radicalisés et leurs cellules et veiller à ce que le fonctionnement de ce service soit intégré au « Plan Radicalisme ».
• Charger la Sûreté de l’État et les services de police spécialisés, de la surveillance des mosquées particulièrement signalées et autres lieux où des discours de haine ou d’incitation à la violence ou d’incitation au non-respect de la loi sont tenus, en vue de fermer ses lieux, de permettre des poursuites judiciaires systématiques et d’expulser les ressortissants étrangers qui se livreraient à ces discours. Intégrer ces missions au « Plan Radicalisme ».
• Renforcer, dans chaque zone de police, la formation de fonctionnaires spécialement chargés du suivi des phénomènes de radicalisation et agissant en coopération avec la Sûreté de l’Etat et les services de police spécialisés.
• Intensifier la coopération entre les services en vue d’atteindre un échange optimal d’informations.

sport

Evaluation de la situation actuelle

6/10

Importance du sujet

9/10

Avis et Propositions

• Refédéraliser le sport de haut niveau (un seul Centre d’excellence par discipline).
• Instaurer un « tax-shelter » sur les infrastructures sportives amateurs en Belgique, à l’instar de ce
qui a été fait pour le cinéma belge.
• Construire, en partenariat avec le privé et l’Association Royale belge de Hockey, un Centre européen
d’excellence de hockey à Bruxelles, à Uccle Sports, avec un stade de 7 000 places.
• Interdire le port de signes religieux ou convictionnels dans le sport, à tous les niveaux.
• Effectuer une étude précise sur la prise en charge des différentes formes de handicaps et sur
l’adaptation de services publics et des infrastructures publiques.

bonne gestion

Evaluation de la situation actuelle

1/10

Importance du sujet

10/10

Avis et Propositions

• Réduire le nombre Conseillers communaux, en Wallonie comme à Bruxelles, à 20, au lieu de 49, aujourd’hui, dans les plus grandes communes.
• Réduire de moitié, voire plus les collèges échevinaux : 1 Bourgmestre et 4 échevins quelle que soit la taille de la commune.
• Fusionner les CPAS avec les communes (comme en Flandre).
• Réduire le nombre de parlementaires (50 au lieu de 75 en Wallonie, 50 à Bruxelles avec 40 francophones et 10 famands).
• Interdire le cumul d’une fonction parlementaire avec celle de bourgmestre ou d’échevin.
• Réduire le nombre de ministres à 5 par gouvernement régional, et à 9 au fédéral (au lieu de 15, actuellement).
• Réduire le nombre d’intercommunales et de para-régionaux créés pour gérer une matière spécifque pour laquelle existe une administration.
• Réduire drastiquement les compétences et budgets des provinces qui ne garderaient un rôle qu’en matière d’identité provinciale (gouverneur et quelques services) et de tourisme, mais plus en matière d’enseignement, de formation ou de santé (modèle famand).
• La réduction des compétences des Provinces doit s’accompagner d’une réduction de la fscalité dans toutes les provinces (aujourd’hui la fiscalité est plus élevée dans le Hainaut et à Liège). Ces réductions seront accompagnées de plans de transition afin de garantir la continuité du suivi des dossiers en cours.
• Augmenter drastiquement le contrôle des intercommunales et ASBL se voyant confer la gestion de fonds et de programmes publics afin d’éviter la répétition de scandales du type « Publifn ».
• Limiter l’inflation législation et réglementaire avec obligation de publier la loi coordonnée incluant une modification de la loi. Toute nouvelle loi ou nouveau règlement doit entraîner une analyse approfondie de la législative existante et de la possibilité de la simplifier. Les lois doivent se concentrer sur les principes et objectifs à rencontrer et ne pas définir la façon dont les structures impactées vont faire pour rencontrer ces objectifs.
Dépolitiser et objectiver les nominations.

informations de contact

Pour contacter Moini Payam

payam@moini.eu

Rue de la Loi 26 - 1040 Bruxelles

0478 25 65 65

07h à 22h